Eha

Eha

Les quinze poèmes qui composent l’ouvrage sont extraits de la première partie, l’Amour, du recueil  Qu’en dire ?

Yves Saget les a mis en image, utilisant la technique de l‘aquarelle sur papier.

L’œil  parcourt les formes dramatisées en femme-ruban, en objets, en fleurs ou en animaux, s’échappe à la rencontre d’autres personnages au long cou, à l’ovale à la Modigliani : toute une galerie de personnages, dont Eha, la femme paysage-visage du premier poème qui a donné le titre au recueil.

 

D’autres héros et héroïnes sont évoqués, la Femme-Maîtresse ou la Mégère  pour jouer la Comédie d’amour, durant les folles nuits ou pendant toute une Vie Mondaine.

 

De même le poète esquisse dans des portraits ou au travers de ses miroirs, par les mots et par les pinceaux, les figures d’Adeline et de Marguerite ou celles encore rencontrées, un enfant en tutelle, ou le beatnick  au hasard des déplacements le long des masures ou sur la place du marché.

Des sentiments et des émotions, des jeux de mots qui, comme les aquarelles, rappellent les influences des surréalistes, de Breton à Dali, pour le plaisir des sens.

Description

EHA

     Eha

Un nom paysage-visage

Dans les blés blonds

Trottoirs de fange

Décrottoirs en prison

Fleurs de population et lis

Agitation de tiges

S’effriter d’une main.

     S’en fiche !

Oh, le vilain monsieur trop riche !

     Eha

Un son fille ou garçon

Champ de luzerne sur la place

Dans la plaine un marchand de glaces

Verdoyante candeur

Ondulation des vieillards écimés

Disparition des arbres esseulés

Corrompre la campagne en perdition.

     S’en fiche !

Oh, le vilain monsieur trop riche !

 

 

Eha

Ton nom candidate émotion

Un air d’être oxygène

Lacrymogènes en fleurs

     Choisir

Regards en coin

Voyances de béton armé

Admiration pour une chèvre

S’enivrer de fumure humaine.

 

     Eha

Un son palpe la vibration

Merveille du silence

Quand il s’arrête

Moteurs à explosion

Moisir la ville

Courir la fille

Fuir la campagne-construction

Chant de garçon.

 

     S’en fiche !

Oh, le vilain monsieur trop riche !

     Eha

Un son fille ou garçon

Humeur d’humus :

Incompatibles meurs, ton nom !

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Eha”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *