Pauvre Bitos !

15,00

Ce long poème épique de 534 vers, composé en mars 1977, plonge le lecteur dans un inattendu tour du monde de lieux et de thèmes dans lesquels le personnage, Pauvre Bitos, est l’Oeil Voyageur d’Espace et de Temps.

 Occasion de rencontre avec l’Histoire Littéraire aux détours de nombreux titres d’ouvrages célèbres, qui sont la matière première du poème :

 » Contemplez la lune d’ajonc

Qui luit, écarlate de rouge

Et voyagez sous vos bagages

Jusqu’à la porte d’un château

Invitez la horde sauvage

A danser le bal des voyeurs

Acceptez-la, oui, au voyage

Invitez-la dans le château

Invitez Pauvre Bitos !  »

 

Les 21 œuvres  originales de Marie- Annick Saget – Butori en sable coloré sur polyphane, entraînent le lecteur dans d’autres voies sur le chemin de sa propre vision du monde : les chaînes ou les colombes de la Liberté, la dualité des personnages et des objets, se fondent au texte et lui apportent  d’autres « colorations » qui ne manqueront pas d’être appréciées.

Description


Pauvre Bitos, ouvre le bal !

Jadis glacés des illusions
Tentant la propice aventure
Ils vont danser au bois dansant
Dans les bras de leurs magiciennes
L’œil aux aguets, le regard froid,
Ils frictionnent cette louve
Et la prendront entre leur cœur
La fée, sur un fil de promesse.

Et toi, tu joues, Pauvre Bitos !

Tu joues l’amour jeux interdits
Dans l’hôpital mélancolique
Et dans les collines aux cyprès ;
Tu joues la carte du bonheur
Pendant les cents jours dynamiques
Sur ta carte d’état-major ;
Tu joues aux aveux infidèles
Alors qu’attend du bout du monde
La belle amoureuse durable !

Mais c’en est trop, Pauvre Bitos !

Si tu coupais tes fleurs-épines.
Qui pense aux filles délais

Aux femmes rompues, incrédules

Si tu chiffrais le leurre en tranche
Et bourlinguais chaque parfum ?
Précipite ta main neigeuse
Sur les flocons des amertumes !

Il faut agir, Pauvre Bitos !

 

Va-t-en ôter la pain rassis
Du palais du père humilié
Va-t-en donner à ses enfants
Du porc-salut chaque repas
Et sèche les larmes secrètes
Sur les joues des parents terribles ;
Chausse-les des mules en satin
Offre-leur des cadeaux royaux.
Bitos, quand tu seras chez eux !

Lis à la mère sentimentale
La phrase des fêtes cachées
Dans les jardins de sa folie
Là où bataille l’ingratitude.

Et tiens leurs comptes, Pauvre Bitos !

Dans les ménages, tiens le budget
Et roule le tabac du père
Ramasse les chutes étranges
Exilées par malentendus
Qui souillent la toile de jute
Avec les restes de la noce
Oh oui, Bitos, peste la noce !

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Pauvre Bitos !”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *