Un soleil, une ligne d’horizon, une fleur

15,00

Les 45 illustrations qui composent l’ouvrage, Yves Saget les a mises en image, utilisant la technique de l’aquarelle sur  papier.

Elles sont nées au hasard d’une rencontre avec une psychothérapeute : « je voudrais que tu me fasses un soleil, une ligne d’horizon et, entre le ciel et la terre, une fleur. J’ai besoin de faire parler mes clients dans mon cabinet… »

De même que le poète esquisse par les mots des portraits, par les pinceaux, les paysages oniriques surgissent, déclinés à l’infini des formes, des couleurs, des sensations et des sentiments : seul perdure le thème, toujours présent dans chacun des tableaux : fleur  (ou arbre ?), ligne d’horizon plus ou moins fuyante, plus ou moins haute, plus ou moins marquée, et ce soleil plus ou moins gros,  plus ou moins jaune, toujours brûlant !

Le thème récurant qui anime ces aquarelles dépasse le figuratif  pour amener le spectateur vers les profondeurs de son propre être, voire de son inconscient, comme peut le faire aussi bien la Poésie…

 

Catégorie : Étiquettes : , , , ,

Description

Un soleil, une ligne d’horizon, une fleur

Introduction

Les quarante-trois illustrations qui composent l’ouvrage, Yves Saget les a mises en image en utilisant la technique de l’aquarelle sur papier.

Ce projet est né au hasard d’une rencontre. Lors d’un stage sur la médecine chinoise,j’ai connu une psychothérapeute qui pratiquait le Taïchi chuan. Alors que j’étais adepte du kung fu shaolin wu ba. Elle m’a dit : « je voudrais que tu me fasses un soleil, une ligne d’horizon et, entre le ciel et la terre, une fleur. J’ai besoin de faire parler mes clients dans mon cabinet. »
Je me suis de suite investi dans ce projet.
– Puisqu’il faut réaliser une œuvre de commande, j’en ferai cinq, dix, cinquante (Au total 69 !). J’aurai de quoi remplir une salle pour exposer !

Je me suis mis alors à la documentation à partir des mots-clés soleil, ligne d’horizon et fleur.

L’horizon.

D’abord, l’horizon, d’après le dictionnaire, c’est la « ligne imaginaire circulaire centrée sur l’observateur, où le ciel et la terre, ou la mer, semblent se rejoindre». C’est encore la « partie de la terre et du ciel que borne cette ligne ». Puis le dictionnaire précise que c’est le « grand cercle de la sphère céleste formé, en un lieu donné, par l’intersection de cette sphère et du plan horizontal ». Pour un peintre, la « perspective, c’est la ligne parallèle à la ligne de la terre et contenant le point de vue ». Le point de fuite peut être à l’horizon, en dessus pour la plongée, ou en dessous pour la contre-plongée. Le sens figuré précise que l’horizon est « l’étendue d’une activité quelconque que l’esprit est capable d’embrasser ». C’est encore « la perspective d’avenir ».

 

Le soleil.

Ensuite le soleil. Du latin populaire soliculum, de sol, solis. C’est l’ « astre central, lumineux, du monde que nous habitons et autour duquel gravitent les planètes ». Le soleil est « considéré comme le centre d’un système planétaire ».  Puis le dictionnaire précise les effets du soleil.  « lumière, chaleur, avoir sa place au soleil, avoir du bien au soleil ». Le soleil peut faire mal par un « coup de soleil ». Il peut rassurer « se tenir près du soleil ». Il peut déranger « piquer un soleil ». C’est encore l’occasion de spectacles au « soleil levant » et « au soleil couchant ». Alors, rien de nouveau sous le soleil ?

 

 

La fleur.

Enfin la fleur, c’est « l’organe caractéristique des plantes supérieures ou angiospermes, qui contient les organes reproducteurs, entourés le plus souvent d’un périanthe, dont les pièces peuvent être d’une couleur brillante ou d’un parfum agréable ». Au sens figuré, la fleur, c’est ce qui donne, « par sa fraîcheur, sa beauté, sa fragilité, l’impression d’une fleur », c’est ce qui « a de l’éclat ». C’est encore « ce qui attire, séduit,, apparences, plaisirs trompeurs ». C’est toujours le « temps du plus grand éclat, du plus grand développement ». Mais la fleur peut, ironiquement, être aussi « la fine fleur des bandits » Enfin, ce qui « commence, précède l’entier développement de la vie », la « fleur de la vie ». Or c’est aussi « la fleur d’arsenic, de soufre ».

 

Les expressions.

Quantité d’expressions courantes se construisent avec le mot fleur. Le dictionnaire cite entre autres :
– A fleur d’eau.
– Un chemin de fleurs.
– Etre à la fleur de l’âge.
– Faire une fleur à quelqu’un.
– Conter fleurette.
– Fleurs de rhétorique.
– Langage des fleurs.
– Le fleuron de la collection.
– La floraison.
– Le langage fleuri.

Je comprends mieux maintenant l’intérêt qu’un psychothérapeute peut éprouver à l’égard d’un tel thème « pour faire parler les patients ». Dans ces trois mots, tout y est, la naissance, la vie, l ‘amour, le développement personnel, les plaisirs. Mais aussi les souffrances, les drames, la mort.

Le projet s’affirme.

De même que le poète esquisse par les mots des portraits, par les pinceaux, les paysages oniriques ont surgi.  Déclinés à l’infini des formes, des couleurs, des sensations et des sentiments. Seul perdure le thème, toujours présent dans chacun des tableaux. Fleur (ou arbre ?), ligne d’horizon plus ou moins fuyante, plus ou moins haute, plus ou moins marquée. Et ce soleil plus ou moins gros, plus ou moins jaune, toujours brûlant !
Il m’a fallu l’année complète (1993) pour achever ce travail. Et j’ai pu présenter ces aquarelles avec les sculptures d’un ami en février 1994, après bien des discutions théoriques sur le rôle du hasard en peinture (l’aquarelle et certains effets d’eau dus au pur hasard !). Alors que le sculpteur, comme le souligna mon ami Denis Gillet, n’a guère la place pour le hasard. Un coup de maillet trop appuyé, et c’est la catastrophe d’une pièce cassée à recommencer !

 

Le livre d’or.

J’ai pu lire, sur le Livre d’Or, quelques phrases de la réaction des spectateurs le jour de l’inauguration de l’exposition, qui eut lieu du 1er au 6 février 1994, à l’Espace Rencontre EDF de Charleville- Mézières, dans les Ardennes :
– Le thème récurant qui anime ces aquarelles dépasse le figuratif pour amener le spectateur vers les profondeurs de son propre être, voir de son inconscient, comme peut le faire aussi bien la Poésie…

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Un soleil, une ligne d’horizon, une fleur”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *